Les adieux des Narbonnais à la « Marie Thérèse » amarrée jeudi sur les Barques – L'Officiel du Canal du Midi

Les adieux des Narbonnais à la « Marie Thérèse » amarrée jeudi sur les Barques

le-chantier-d-insertion-a-mandirac-sous-la-houlette-du_711450_516x343
Le chantier d’insertion à Mandirac sous la houlette du charpentier de marine Yann Pajot, avec les péniches Miguel Caldentey, Marie-Thérèse, et l’Espérance. PHOTO/Ph.L.

Les Narbonnais connaissent bien la Marie-Thérèse, pour avoir suivi l’évolution du chantier à Mandirac pendant de longues années, notamment pendant les journées du Patrimoine. .

Le dernier exemplaire des barques de patron du canal du Midi et plus vieux bateau d’Europe en navigation quitte le chantier de charpenterie de marine du Parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée pour naviguer vers sa prochaine destination : Ventenac. En effet, la cave coopérative de Ventenac en a fait récemment l’acquisition.
Avant son départ de la ville de Narbonne, le PNR invite les Narbonnais à admirer le bateau dès jeudi, et pendant deux jours, du 24 au 28 mars 2016, sur les Barques en centre-ville de Narbonne

Un peu d’histoire pour cette fameuse « Marie-Thérèse »

En 1787, lorsque la Robine est reliée au canal du Midi par le canal de Jonction, le transport du vin sur le canal est rendu possible grâce à des barques telles que la Marie-Thérèse. Remplacé aujourd’hui par le tourisme fluvial, le transport de marchandises par la voie d’eau a pratiquement disparu.
Après avoir cessé son activité de transport de vin sur les canaux, la Marie-Thérèse devient boîte de nuit puis restaurant routier dans les années 60. Victime d’une fortune de mer dans le port de Sète en 1992, elle coule au pied du quai n°10 à dix mètres de fond. Sa restauration a débuté en mars 1999 sur le chantier de Mandirac à Narbonne et a nécessité 3 années de travail à temps plein.

Dernier exemplaire des barques de patron, la Marie-Thérèse est la mémoire d’un savoir-faire particulier. Elle constitue un élément essentiel de la mémoire des « gens de l’eau » et témoigne pour les générations futures de l’épopée fantastique rattachée à la construction du Canal du Midi et des conditions de son exploitation.
C’est en 2013 que le Parc en est devenu propriétaire. Et son histoire se poursuit : au mois d’avril prochain elle rejoindra donc son nouveau propriétaire, la cave du château de Ventenac en Minervois qui acquiert ce bâtiment d’exception dans le cadre d’un vaste projet de valorisation du patrimoine viticole.

Commentaires

mood_bad
  • Pas encore de commentaires...
  • chat
    Ajouter un commentaire