Le songe de Naurouze : le Ciné Get fait le plein de candidats figurants à Revel – L'Officiel du Canal du Midi

Le songe de Naurouze : le Ciné Get fait le plein de candidats figurants à Revel

La réunion publique concernant le film de Jean Périssé s’est déroulée le 5 mai au Ciné Get. L’occasion d’en savoir plus sur le tournage.

10/05/2017 à 18:55 par Florian Moutafia www.voixdumidilauragais.fr

Ils ont eu bien du mal à faire entrer tout le monde dans la salle de cinéma de Revel.

Le réalisateur Jean Périssé et la coscénariste Michèle Teysseyre étaient au Ciné Get afin d’accueillir les candidats à la figuration du film Le Songe de Naurouze, une fiction sur la création du canal du Midi avec Bernard Le Coq dans le rôle de Pierre-Paul Riquet. Près de 200 personnes se sont rendues à cette réunion publique et ont rempli une fiche d’inscription.

A lire aussi : Casting : qui veut jouer dans un film avec Bernard Le Coq dans le Lauragais ?

Le cinéaste en a profité pour présenter son projet et les lieux de tournage dont le barrage de Saint-Ferréol, la galerie des robinets du musée de Saint-Ferréol et la place centrale de Revel :

C’est un jour de marché à un endroit magnifique, expliquait Jean Périssé. Il faudra qu’on soit un maximum de personnes pour cette scène… On aura une grosse journée de travail à Revel…

L’équipe de tournage y prévoit une centaine de figurants mais au regard du succès provoqué par cette réunion publique, ils pourraient bien être davantage. La scène où Riquet se cache dans la galerie des robinets nécessitera également bon nombre de figurants selon le réalisateur.
Les figurants seront bénévoles

Des figurants qui, d’ailleurs, ne seront pas rémunérés pour leur participation au tournage.

C’est un film militant, s’est expliqué Jean Périssé. Les repas seront assurés par la production et on promet une petite surprise aux figurants… Nous sommes une petite production… On va financer ce film avec 1,2 million d’euros… Le film étant bon marché, nous faisons des économies sur tout.

Le début du tournage est prévu pour le 2 octobre pour cinq semaines et si Jean Périssé admettait que le cinéma était « quelque chose de fragile », il estimait que son film avait 95 % de chance de voir le jour :

Il suffit d’un rien pour que ça capote mais nous avons la volonté et l’énergie, tout comme Pierre-Paul Riquet.

La bonne nouvelle pour les candidats, c’est qu’il n’y aurait aucune sélection :

A priori, vous êtes tous pris, lançait Jean Périssé à son auditoire. On va essayer de contenter tout le monde et de faire de ce tournage un moment exceptionnel de votre vie.

Ni plus, ni moins.

Commentaires

mood_bad
  • Pas encore de commentaires...
  • chat
    Ajouter un commentaire