Promeneurs et particuliers, prenez garde à la ChenilleProcessionnaire‬ – L'Officiel du Canal du Midi

Promeneurs et particuliers, prenez garde à la ChenilleProcessionnaire‬

A connaître : la chenille processionnaire

Parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée·mercredi 24 février 2016
La chenille fait naturellement partie des écosystèmes et constitue un maillon de la chaîne alimentaire. Cependant, les changements climatiques et la fermeture des milieux entraînent une augmentation de son aire de répartition et une prolifération locale de l’espèce. La processionnaire du pin est alors devenue un vrai sujet d’inquiétude sanitaire.
Quelques semaines après son éclosion, la chenille processionnaire se dote de soies urticantes libérées lorsqu’elle se sent en danger. Ses soies, en forme de harpon, peuvent se fixer sur l’épiderme, les yeux ou les voies respiratoires de quiconque s’approche de l’insecte. Il suffit alors de se gratter pour qu’elles se cassent et diffusent dans l’organisme une protéine toxique appelée thaumétopoéine. Ses soies urticantes peuvent donc entraîner des problèmes cliniques chez les humains et affecter sérieusement les animaux domestiques et le bétail. Par ailleurs, en se nourrissant des aiguilles des résineux, elle réduit notablement la productivité des forêts et contribue à sa fragilisation.
Les animaux domestiques (chiens, chats) sont les premières victimes de cette contamination. L’inflammation et l’œdème de la langue ou de la muqueuse buccale résultants peuvent les empêcher de se nourrir ou de s’abreuver. L’envenimation peut aller jusqu’à des nécroses sur toute la région buccale. Les ablations de la langue ne sont pas rares dans ce cas.
Les conséquences sur l’homme sont généralement moins graves. La plupart du temps, une exposition aux soies urticantes de la chenille se traduit par une simple démangeaison accompagnée de boutons qui disparaissent au bout de deux ou trois jours. Parfois, la réaction va jusqu’à l’œdème. Dans certains cas très rares, au maximum 2 à 3 % de la population, cette exposition peut conduire à un choc anaphylactique, une réaction allergique exacerbée nécessitant une hospitalisation.
Pour prévenir toutes situations alarmantes, il est conseillé d’adopter certains comportements
L’ARS Paca recommande au public :
· D’éviter la fréquentation des zones à proximité des pins infestés
· De porter des vêtements couvrants si l’on se rend malgré tout dans ces zones
· De ne pas manipuler les chenilles et les nids
· De ne jamais balayer une procession de chenilles afin d’éviter de créer un nuage de poils urticants qui pourrait provoquer une atteinte cutanée, oculaire et respiratoire
· D’éviter de se frotter les yeux en cas d’exposition
· De ne pas faire sécher le linge à l’extérieur près des pins par grand vent
· De prendre toutes les mesures de précaution pour éviter le contact avec les poils urticants déposés en particulier sur les pelouses, d’éviter de tondre les pelouses sous les arbres infestés
· De se munir d’une bouteille d’eau et d’un tissu (gant, serviette …) pour vous rincer ou rincer la bouche de votre animal en cas de brûlures et surtout ne pas boire pour éviter l’ingestion des poils.
En cas de contact, les poils urticants se fixant sur les cheveux et les vêtements, il est recommandé de :
· Prendre une douche tiède avec lavage soigneux des cheveux au shampoing,
· Changer de vêtements et laver les vêtements contaminés au-dessus de 60°C.
Sources :
INRA, 2013 : www.inra.fr/Grand-public/Sante-des-plantes/Tous-les-dossiers/Processionnaire-du-pin-une-chenille-sous-haute-surveillance/Chenille-processionnaire-du-pin-les-dangers-d-une-larve-urticante/(key)/3
ARS PACA : www.ars.paca.sante.fr/Chenilles-urticantes.179499.0.html
Pour en savoir plus :
Agence régionale de santé Paca
Les chenilles urticantes
Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt
La chenille processionnaire du pin
Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt Paca (Draaf)
La chenille processionnaire du pin est un ravageur répandu sur une grande moitié du sud de la France
Institut national de recherche agronomique (Inra)
Guide technique sur la gestion de la processionnaire du pin – 2015
www.inra.fr/Grand-public/Sante-des-plantes/Tous-les-dossiers/Processionnaire-du-pin-une-chenille-sous-haute-surveillance
Solutions locales pour les particuliers
http://www.lamesangeverte.com/
Eco-piège pour les particuliers et professionels
chenilles-processionnaires.fr/ecopi…)
Crédit photo : C.Pache-PNRNM

Commentaires

mood_bad
  • Pas encore de commentaires...
  • chat
    Ajouter un commentaire